Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 09:25

Bonjour,

Ensemble de partout pour dire haut et fort : " FUKUSHIMA PLUS JAMAIS ÇA ! " Une grande chaine humaine aura lieu à Paris le 9 mars prochain:

 http://chainehumaine.org/Appel-national-Le-9-mars-2013-tous

On y va en bus, vous pouvez vous inscrire des maintenant : mail à vosgesan@gmail.com, ou busvosges@free.fr renseignements au tel de Jean-Luc 06 77 03 96 33  .

Appel national

Reprenons en main notre avenir énergétique,
formons une grande chaîne humaine
pour encercler les lieux de pouvoir !

Aurions-nous oublié Fukushima ?

Démesurément dangereux et coûteux, le nucléaire soumet les humains et tous les êtres vivants à des pollutions et à une menace inacceptables. Hiroshima, Tchernobyl, Fukushima : aucune autre technologie n’a créé en si peu de temps des catastrophes si « durables ». Avec 58 réacteurs, le parc nucléaire français représente un risque majeur, pour nous et nos voisins européens. Attendrons-nous que la centrale de Nogent-sur-Seine, à 95 km de Paris, devienne le Fukushima français ?

Cette industrie met ses propres salariés en danger, des régions entières à travers le monde sont polluées par l’extraction de l’uranium, de surcroît la fameuse « indépendance énergétique » qu’elle promet est un mythe. Non seulement le nucléaire ne peut pas freiner le réchauffement climatique, mais il produit des milliers de tonnes de déchets toxiques ingérables et entretient des habitudes de consommation qui ne sont pas soutenables.

Heureusement, le nucléaire n’est pas une fatalité !

Déjà, de nombreux pays ont fait le choix de sortir du nucléaire, créant ainsi des centaines de milliers d’emplois. Nous n’avons pas besoin de prolonger la vie de nos centrales vieillissantes, ni d’en construire de nouvelles !

Une révolution énergétique, nécessaire et urgente, offre une formidable opportunité pour l’emploi, la santé et la démocratie. Le nucléaire a été imposé sans aucun débat ; mais imaginer de nouvelles manières de produire et consommer l’énergie, c’est l’affaire de tous !

Ensemble, nous pouvons agir
et c’est le moment de le faire !

Le 11 mars 2012, un an après la catastrophe de Fukushima, 60 000 personnes ont formé une immense chaîne humaine de Lyon à Avignon pour réclamer la sortie du nucléaire. Pour toute réponse, le nouveau président n’a promis que la fermeture hypothétique d’ici 2017 d’une seule centrale, Fessenheim. Continuons sur notre lancée pour obtenir une décision de sortie du nucléaire !

Le 9 mars 2013, rejoignez-nous à Paris lors de cet événement national pour mettre la pression sur les décideurs politiques et économiques. Alors que se prépare, avec un débat tronqué, une loi qui engagera notre pays dans des choix énergétiques fondamentaux, l’heure est à la mobilisation ! Face au pouvoir de l’argent et aux mensonges de l’Etat et de l’industrie nucléaire, nous pouvons l’emporter par la force du nombre et de la détermination. Pour cela nous avons absolument besoin de vous !

Chaîne humaine nationale :
En solidarité avec les victimes de Fukushima
et pour réclamer la sortie du nucléaire
Tous et toutes à Paris le samedi 9 mars 2013
à partir de 13h30

Pour que cette chaîne soit la preuve vivante de notre volonté commune, pour rassembler de façon non-violente et conviviale toutes les personnes qui veulent une société sans nucléaire, impliquez-vous dès maintenant :
chaque personne compte et nous comptons sur vous !

Repost 0
Published by VAN
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 22:16

GESTION DES DECHETS NUCLEAIRES  http://catholique-troyes.cef.fr/spip/GESTION-DES-DECHETS-NUCLEAIRES
Réflexion et questions sur les enjeux éthiques
Synthèse
Dans la perspective de la construction d’un centre d’enfouissement de déchets nucléaires à BURE
(Meuse), un groupe de réflexion sur l’éthique de la gestion de ces déchets s'est constitué en 2011. Onze
personnes originaires de la Meuse, de la Haute-Marne, des Vosges et de l’Aube, de sensibilités
différentes, croyantes ou non-croyantes, se sont réunies autour de Monseigneur Marc STENGER,
évêque de Troyes et président de Pax Christi France. Ce groupe a élaboré un document qui propose
des bases éthiques de discernement permettant une prise de conscience de la gravité de cette matière,
et susceptible d'aider les citoyens, les élus, les décideurs et les acteurs du nucléaire à considérer en leur
âme et conscience la gestion des déchets nucléaires et à envisager les solutions les moins dangereuses
pour l'assurer.
Cette synthèse est un condensé de ce document.
Bure
Bure : un village d’une centaine d’habitants dans le département de la Meuse (Lorraine) aux confins de
la Haute-Marne (Champagne-Ardenne) et des Vosges (Lorraine).
En 1994, la région de Bure a été ciblée par l’Etat pour y implanter un laboratoire souterrain, en vue d’un
éventuel stockage en profondeur (500 mètres) de déchets radioactifs dits MA-VL (Moyenne Activité à
Vie Longue) et HA (Haute Activité), dont les HA-VL (Haute Activité et à Vie Longue), les plus dangereux
par leur rayonnement intense et leur durée pouvant aller jusqu’à des milliards d’années.
La mise en œuvre du projet est confiée à l’Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs
(ANDRA).
Pourquoi à Bure ? Les déchets radioactifs sont dangereux. Aucune solution n’a jamais été trouvée pour
les rendre inoffensifs. L’idée de leur enfouissement en couche géologique profonde émerge dans les
années 60. Dans les années 80 des tentatives d’implantations échouent. Avec la loi Bataille (1991) les
territoires sont incités à se porter volontaires. On parle alors de laboratoires et on promet des actions
d’accompagnement...
Finalement, ne resteront en lice que la Meuse et la Haute-Marne, puis un site sur leur frontière
commune : Bure.
Bure est-il un projet sans dangers ? Outre les risques de contamination de l’atmosphère et des nappes
phréatiques, il y a les dangers dûs aux transports, ceux liés à l’exploitation du site en surface pendant
100 ans et au stockage en profondeur (incendie, explosion...), et ceux dûs à d’éventuelles intrusions
humaines (forages géothermiques par exemple).
L’exigence démocratique. Pendant des années, populations et élus de la région de Bure ont reçu la
promesse que le projet en cours n’était et ne serait qu’un laboratoire. Aujourd’hui, à proximité immédiate
de ce laboratoire, un projet industriel d’enfouissement géologique bien réel se prépare : CIGéO (Centre
Industriel de stockage géologique). Six cent cinquante hectares ont été acquis.
Un Débat public a été organisé en 2005-2006. Il a fait ressortir une préférence pour un stockage en
surface, voire sur les sites de production. Ces options qui donnaient une possibilité de surveillance et du
temps pour la recherche d’alternatives ont été écartées, de même qu’a été ignoré l’avis des 40 000
signataires d’une pétition locale en 2005-2006.
La loi du 28 juin 2006 décide de passer à une phase d’enfouissement industriel.
Bure : les aspects financiers
Le laboratoire souterrain de recherche de Bure a coûté plus d’un milliard d’euros depuis sa création. La
dernière estimation du coût de l’enfouissement est de l’ordre de 35 milliards.
Les mesures dites d’accompagnement économique pour chacun des deux départements sont gérées
par deux GIP (Groupements d’Intérêt Public). Elles sont passées de 9 millions d’euros par an en 2000, à
VERSION DEFINITIVE
sur 4 page 1
30 millions à partir de 2010. Le président du Conseil général de la Meuse a même souhaité obtenir 50
millions d’euros par an. Les communes les plus proches reçoivent 654 euros par habitant et par an.
Des milliers d’emplois sont promis. Des actions de parrainage et de dons diversifiés à destination
d’associations, d’écoles sont localement menées.
Le coût de ce projet et les menaces pour l'économie régionale interpellent. Quels seraient l'attractivité et
le devenir d'une région assimilée à la radioactivité et aux déchets nucléaires : l'Appellation Champagne,
les eaux minérales de Vittel-Contrexéville, l'AOC Brie de Meaux, etc. ?
D'autre part, tout cet argent distribué avec largesse peut-il être un remède aux nuisances ?
La communication
L’industrie nucléaire (EDF, CEA, AREVA, ANDRA, etc.) communique beaucoup. L’ANDRA investit dans
un site internet très fourni, un grand nombre de plaquettes, des interventions à la radio, à la télévision,
dans la presse et le milieu scolaire, des publi-reportages, communiqués, expositions, colloques... Ces
instances chargées d’informer le public sont aussi celles qui sont en charge du projet, d'où le risque de
conflits d'intérêts.
Si l'on veut comprendre les problématiques posées par la gestion des déchets nucléaires, une
vulgarisation s’impose avec le danger de simplifications réductrices. Dès lors plusieurs questions
peuvent être soulevées :
Vie courte – vie longue - demi-vie - radioactivité naturelle - radioactivité artificielle - très faible activité -
faible activité - moyenne activité - haute activité - faibles doses – colis - déchets ultimes - déchets
valorisables... Comment comprendre ces notions ?
Parce que toutes ces expressions, à force d’être répétées dans les médias, font désormais partie du
vocabulaire courant, on a l’impression de les maîtriser. Comment en repérer un usage impropre ou
trompeur dans une communication ?
Et quelle appréciation éthique porter sur certaines communications qui apparaissent dans les manuels
scolaires ?
L’image aussi participe à la communication. Que penser de l’utilisation d’images bucoliques pour illustrer
une activité industrielle dangereuse ?
Les enjeux éthiques
Quelques principes à ne pas oublier
L’énergie nucléaire et ses conséquences touchent à notre vision de l’homme et du monde, aux valeurs
et aux engagements humains que nous promouvons.
L'homme a une responsabilité particulière de veilleur et de protecteur par rapport à ce monde. Il a donc
le devoir de se donner les moyens de comprendre ce qui est de sa responsabilité.
L'enjeu ne se situe pas simplement au niveau du traitement des déchets, mais bel et bien à celui de
l’humanité qu'on veut développer. Nous devons demeurer conscients que les techniques, dont nous
avons hérité ou que nous avons créées, peuvent aussi détruire les êtres et les valeurs humaines.
Tout débat concernant l’énergie nucléaire et ses déchets doit être passé au crible des impératifs
éthiques dont seul le respect permet que l’homme soit un homme.
- Impératif de responsabilité : il s’agit d’assurer la « sécurité » des populations et d’avoir une vision de
l’homme et de son futur qui fasse appel aux techniques les plus appropriées. Ce n’est pas à la technique
de déterminer l'avenir de l'homme. Toute technique doit être au service de l'homme.
VERSION DEFINITIVE
sur 4 page 2
- Impératif de solidarité : celui-ci devrait nous conduire à reconsidérer nos modes de vie et de
consommation. Notre consommation d'électricité est en hausse continue. Notre actuelle « boulimie »
d'énergie légitime-t-elle que nous compromettions l'avenir de nos enfants et traitions notre terre de façon
irresponsable ?
- Impératif de justice : Faire œuvre de justice serait d'étudier ces orientations à un niveau plus élevé que
le seul niveau des intérêts nationaux et à un niveau autre que celui des seuls décideurs économiques.
Tous devraient avoir voix au chapitre, puisque tous encourent les risques.
- Impératif de service du bien commun : l'énergie nucléaire serait relativement propre, bon marché et
diffusable au plus grand nombre. Elle permettrait de lutter efficacement contre le réchauffement
climatique et donnerait une certaine indépendance énergétique à notre pays. Mais, au regard du bien
commun, il faut analyser aussi les conséquences de ce choix énergétique, dont le traitement des
déchets (durée de toxicité et dangers). Et si cette notion de bien commun ne peut pas être un dogme,
elle doit être un critère déterminant pour ne pas favoriser les intérêts particuliers et pour éviter les
impacts sur les générations à venir.
- Impératif de précaution : au même titre que les principes de responsabilité et de solidarité, le principe
de précaution, inscrit dans la Constitution de la République Française, doit également être pris en
compte dans la réflexion... « Lorsque la réalisation d’un dommage, bien qu’incertaine en l’état des
connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l’environnement, les
autorités publiques veillent, par application du principe de précaution et dans leurs domaines
d’attributions, à la mise en œuvre de procédures d’évaluation des risques et à l’adoption de mesures
provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage. » Instrument au service du bien
commun, le principe de précaution est contesté par certains au nom de ce même bien commun, car il
empêcherait tout progrès. Pourtant ce principe a toute sa place.
- Impératif de défense de la dignité de l’homme : la dignité de la personne humaine est la valeur la plus
universelle qui doit conditionner tout choix politique, économique et social.
- Impératif de vérité : les responsables de la gestion des déchets nucléaires ont aussi un devoir de
vérité. A travers la vérité il importe moins de voir si le choix du nucléaire est validé ou invalidé, mais plus
encore de savoir si l'homme et tout ce qui fait son humanité trouvent leur compte dans ce choix.
- La responsabilité vis-à-vis des générations futures : que nous soyons pour ou contre l’énergie
nucléaire, ses déchets sont là et pour longtemps. Les choix d'aujourd'hui engagent les générations
futures qui auront la charge de gérer nos déchets et de trouver des solutions qui nous font défaut
aujourd’hui.
« Chaque génération, recevant temporairement la Terre en héritage, veillera à utiliser raisonnablement
les ressources naturelles et à faire en sorte que la vie ne soit pas compromise (...) et que le progrès
scientifique et technique dans tous les domaines ne nuise pas à la vie sur Terre (...) Les générations
présentes devraient, avant de réaliser des projets majeurs, prendre en considération leurs
conséquences possibles pour les générations futures... » (Unesco)
« Il est souhaitable que la communauté internationale et chaque gouvernement sachent contrecarrer
efficacement les modalités d’exploitation de l’environnement qui s’avèrent néfastes. Il est par ailleurs
impératif que les autorités compétentes entreprennent tous les efforts nécessaires afin que les coûts
économiques et sociaux dérivant de l’usage des ressources naturelles communes soient établis de
façon transparente et soient entièrement supportés par ceux qui en jouissent et non par les autres
populations ou par les générations futures... » (Benoît XVI)
La référence à ces principes est trop souvent faite selon des logiques juxtaposées : logique politico-
économique d’une part, logique éthique d’autre part. Celles-ci devraient au contraire s’articuler et ne
considérer qu’un seul intérêt, celui de l’humanité.
VERSION DEFINITIVE
sur 4 page 3
Quelques questions en suspens...
Que faire des déchets nucléaires qui sont là et de ceux que l’on continue de produire ? L’aspect
économique justifie-t-il de tels choix ? Des découvertes scientifiques à venir permettront-elles de traiter
autrement ces déchets ? Enfouir, n’est-ce pas oublier trop facilement et nous « débarrasser » d’une
réalité trop visible ?
D’autres options pour le traitement à terme des déchets ont été envisagées. Sont-elles aujourd’hui
sérieusement étudiées ? Comment relancer les recherches à leur sujet ?
Nous risquons de léguer aux générations à venir non seulement des déchets mais aussi un mode de
gestion et une organisation de la société qui rendra difficile toute autre alternative.
Ce modèle qui s’impose déjà à nous ne sera-t-il pas une impasse pour les générations futures ?
Toutes ces questions trouveront-elles leur place dans le Débat public de 2013 ? Continueront-elles à
être portées par la suite ?
Alors que faut-il faire ?
- prendre conscience des enjeux économiques, du pouvoir du lobbying, des médias, des réseaux
sociaux... dans notre société complexe et multiforme,
- orienter des flux financiers vers d’autres options au lieu de tout miser sur le stockage en profondeur,
- reconnaître la pertinence de la question morale : retrouver le sens de notre humanité et de l’intérêt
général.
- prévenir au lieu de guérir. Ne serait-il pas plus sage de cesser de produire des déchets ?
Pour aller plus loin...
Les douze membres du groupe de réflexion qui ont élaboré ce document sont de sensibilités
différentes : évêque, prêtres, diacres, hommes et femmes, croyants ou non croyants, syndicalistes, élus
municipaux, militants associatifs, de formations professionnelles diverses (universitaires, techniciens,
artisans, ouvriers...). Au terme de leur travail, ils en arrivent, pour leur part, aux conclusions suivantes :
- En matière de gestion des déchets nucléaires, le principe de précaution doit être mis en œuvre.
- L’enfouissement en profondeur, à Bure ou ailleurs, pose des questions éthiques majeures.
- La présente réflexion éthique devrait être adaptée aux stockages existants (Soulaines, Morvilliers, La
Hague...) ainsi qu’aux projets à l’étude (déchets FAVL, etc.).
- Les potentiels scientifiques, techniques et financiers de chaque pays nucléarisé devraient être
mobilisés au service de la recherche d’une solution tout à la fois efficace et éthique.
- Nos styles de vie ont à être reconsidérés d’urgence pour maîtriser notre consommation d’énergie.
Nous souhaitons que ce document constitue pour tous un élément de réflexion et d’échange entre
personnes de points de vue différents et aussi une incitation à agir.
Chantal BERTAUX - Françoise & Jacques BERTHET - Jean DEVAUSSUZENET - Jean-Marc GRAND -
Michel GUERITTE - Pascal LESEUR - Anne-Marie LIZAMBERT - Michel MARIE - Bernard MILLER -
François SIMONET - Marc STENGER
Septembre 2012

Repost 0
Published by VAN
commenter cet article
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 01:32

Les diapo présentées par les intervenants au w-end formation Bure 6-7 octobre dernier sont enfin dispo ici : http://stephane.maimbourg.free.fr/Exposes/

14 novembre: gréve internationale.

Samedi 17 novembre: Notre dame des Landes : covoiturage pour aller à la manif de réoccupation : http://agenda.covoiturage.fr//autre/10317-notre-dame-des-landes-manifestation-de-reoccupation



Lundi 19 novembre : Saint Dié

 à < L'Entracte 2 >  rue de la prairie de 20h à 22h
 
                    Comment remplacer l'énergie nucléaire ?
                              Quelles sont les AlternativeS ?
 
     par : Claude Kaiser  secrétaire de l'association des élus lorrains et champardennais opposés à l'enfouissement des déchets radioactifs.

 

mardi 20 novembre à 19h45 : Epinal , Projection débat

 Tous cobayes de J-P Jaud

Soirée proposée par l'association AMI-BIO en partenariat avec les Cinés PALACE et la Boîte à Films.
Avec les interventions du Collectif “Vosges Terre sans OGM” (V.T.S.O.G.M) et de l'association “Vosges Alternatives au Nucléaire” (V.A.N).


A bientôt

Repost 0
Published by VAN
commenter cet article
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 01:19


Michel GUERITTE


c’est la saison propice aux déclarations  !

Ville-sur-Terre
Le 30 octobre


Andraween est la fête que l’on ne célèbre pas.
La fête des cimetières de déchets radioactifs.
Les cimetières de surface (La Hague, Soulaines, Morvilliers)
les caveaux provisoires (Morvillliers, Le Bugey)
et les très profonds comme ceux que l’ANDRA dessine dans le canton de SOULAINES et à BURE...





Halloween est la fête célébrée dans la soirée du 31 octobre, veille de la Toussaint.
Les enfants sculptent des têtes grimaçantes.
Éclairées par la lumière d'une bougie, les têtes sont déposées sur les rebords des fenêtres, des puits,
les murs des cimetières ou aux croisements des chemins pour effrayer les passants.

Et les enfants se déguisent en fantôme, en sorcier et jouent à se faire peur.

A l’ANDRA sévissent de nombreux apprentis sorciers
comme Fabrice BOISSIER dans sa robe de bure,



le vénéré gourou de la secte de la maîtrise des risques
qui s’est illustré récemment à BURE :

http://www.villesurterre.eu/index.php?option=com_content&task=view&id=403

Eh bien, le directeur des cimetières nucléaires de Soulaines et de Morvilliers,
l’apprenti sorcier Patrice TORRES vient de lui faire un risque dans le dos !
Un risque de sorcellerie : un risque dont l’effet n’aura lieu que dans 300 ans !



                                           L’apprenti sorcier Patrice TORRES



Ce risque non maîtrisé, c’est la livraison par le CEA-VALDUC (Cote d’Or) d’américium 241
dont la période est de 432 ans dans le cimetière nucléaire de Soulaines,
un lieu interdit aux radionucléides dont la période est de plus de 30 ans !
Il s’agit de détecteurs de fumée.

Le communiqué de presse est amusant :

http://www.andra.fr/download/andra-aube-fr/document/communiques_de_presse/19_10_2012_cp.pdf

1 – Le stockage de ce type de détecteurs d’incendie avec chambre ionique à l’américium 241 est interdit à Soulaines.
2 – De 2007 à 2011 le CEA VALDUC a livré 8 colis interdits à Soulaines.
3 – Mais l’ANDRA les a accepté parce que la radioactivité mesurée par l’ANDRA est conforme aux valeurs autorisées !
4 – L’ANDRA qui ne savait pas ce que c’était, mais qui faisait confiance à la déclaration, vient seulement d’apprendre de quoi il s’agissait !
5 – Alors maintenant Soulaines refuse tous les colis en provenance du CEA Valduc !!!

Histoire incroyable quand on sait la qualité des déchets qui traînent à VALDUC...


Et l’apprenti sorcier, qui s’apprête à enfouir dans le canton de Soulaines les déchets FA-VL ,
de déclarer à l’est-éclair que c’est très embêtant,
parce que dans 300 ans on va retrouver cet americium 241...

http://www.lest-eclair.fr/actu/erreur-de-stockage-au-centre-de-dechets-radioactifs

A cause du CEA-VALDUC, dans 3 siècles, on ne pourra pas banaliser le site et le rendre à la nature !


De qui se moque t-on ?

Quand on connaît les quantités d’uranium, de plutonium de chlore 36,
et autres radionucléides deja stockés à Soulaines :

http://www.villesurterre.eu/index.php?option=com_content&task=view&id=259


Notez que ce n’est pas la première fois que l’apprenti sorcier Patrice TORRES a des soucis avec le contenu des colis.
L’an dernier, à la même époque, des grenades de la première guerre mondiale
étaient découvertes dans des big-bag de déchets TFA :

http://www.lest-eclair.fr/article/a-la-une/alerte-aux-grenades-dans-des-colis-destines-a-landra

Enfin : hasard ou nécessité de se donner une bonne image de volonté de maîtriser les risques,
cet incident a été déclaré par l’ANDRA la veille d’une importante réunion à SALIVES, (à côté de VALDUC)
où IRSN, CEA, SEIVA et le maire-sénateur de SALIVES avaient pour mission de rassurer les populations :

http://bourgogne.france3.fr/2012/10/23/valduc-que-faire-en-cas-d-accident-nucleaire-majeur-124255.html

http://www.sdn21.org/

http://www.dijonscope.com/022259-cea-valduc-21-difficile-de-desamorcer-l-angoisse-du-nucleaire


Nouveau : les rejets de tritium de VALDUC ne sont plus exprimés en Tera Becquerels, mais en gramme.
Un gramme par an, c’est rien !
Et trois grammes l’année prochaine, c’est trois fois rien !

http://www.dailymotion.com/video/xuo5bn_valduc-france3-12-octobre-2012-salives_news

Bure, Soulaines, Morvilliers, Valduc... mêmes mensonges.

Joyeux Halloween !

Michel GUERITTE



























c’est la saison propice aux déclarations

Repost 0
Published by VAN
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 00:20

Le programme

Cette formation aura lieu à Bure ; maison de la résistance.

Inscriptions : vosgesan(a)gmail.com

.............................

Samedi 6 octobre

.............................

 

I : LES DÉCHETS :

Le projet CIGEO

Production des déchets

Transport de ces déchets

En attendant : ICEDA

 

II : LA PRODUCTION DE L'ÉLECTRICITÉ

Les moyens de production

Les centrales nucléaires

 

III : LE NUCLÉAIRE MILITAIRE

Partie historique

Le TNP

M51 -Megajoule

…............................................

Dimanche 7 octobre

................................................

 

IV : Le Plutonium Pu239 sous produit de fission de l'Uranium

 

V : Extraction – Enrichissement – Assemblages.

 

VI : Société Démocratie Politique

 

VII : SANTÉ

La radioactivité

Les effets sur la santé

L'OMS : le rôle de l'AIEA ; l'organisation WHO

 

VIII : Les alternatives ; comment en sortir ?

 

 Conclusions : Table ronde

 

..................................................................................................................................

Inscriptions et renseignements : vosgesan(a)gmail.com - 06 72 55 56 96

..................................................................................................................................

Repost 0
Published by VAN
commenter cet article
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 19:57

Il est important de noter que si vous êtes disponible pour nous aider à tenir notre table de presses sur les différentes foires et fêtes, vous serez les bienvenus: nous avons besoin de vous ! merci

 

Areva en Inde :

Signature lettre de soutien au manifestants : http://www.mesopinions.com/Soutien-aux-citoyens-resistants-de-Jaitapur--contre-AREVA-et-le-gouvernement-indien-petition-petitions-57d55e6a7a85490a3fd4f3801d00ff3f.html

Pétition greenpeace contre l'implantation des réacteurs nucléaires d'Areva en Inde : http://www.greenpeace.org/india/en/What-We-Do/Nuclear-Unsafe/show-your-support-for-the-people-of-jaitapur/

 

Signatures pour la fermeture de Fessenheim : Les municipalités de Gerardmer et de Cornimont ont votés une motion pour la demander la fermeture de Fessenheim. Quelles sont les autres communes des Vosges qui ont fait de même ?

Pétition fermeture Fessenheim :

http://www.mesopinions.com/petition/politique/fermeture-centrale-nucleaire-fessenheim-alsace/1046

 

 

Calendrier :

14 Juillet - Fête bio col de Bonnefontaine au Tholy nous y tiendrons un stand, J-Luc , Claudine le matin, Hélène et Stéphane l’après-midi .Nous aimerions de l'aide pour tenir le stand dans le courant de la journée, nous contacter ou bien venir sur place quand vous pouvez.

14-15-16 Septembre – Festival contre la poubelle atomique de Bure, à Bonnet , Hélène et Stéphane et … ? Hélène animera l'atelier enfants avec du matériel perso et du matériel « don de VAN à Bure »

15- 16 Septembre – Foire bio de Thaon , Michèle , Claude tiendront le stand VAN , ça tombe une nouvelle fois le même w-end que le festival de Bure... Comme pour le 14 juillet , nous aimerions avoir de l'aide pour tenir le stand.

23-23 Septembre – Festi la Vida à Raon au Bois , nous sommes invités à tenir un stand, qui aura la disponibilité ?

26-28 avril 2013 :A la salle des fêtes de Darnieulles – Fête , Expos, conférences, projections, repas, débats, etc... programme en cours d'élaboration et musiciens bienvenus.

Film « La terre outragée » : date pas encore fixée à la boite à film pour un débat après projection.

W-end formation à Bure les 6-7 octobre date prévisionnelle-voir avec la maison de la résistance si ok ?

Le réseau sdn prévoit des actions nationales en lien avec les adhérents ; calendrier action nationales 13 Octobre 2012

 

et 9 Mars 2013 

 

stop-copie-1.jpg

Repost 0
Published by VAN - dans Informations
commenter cet article
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 21:02

... Partout ailleurs ! Journées internationales d'actions pour l'arrêt du nucléaire du jeudi 26 au dimanche 29 avril ( liste non exhaustive des actions sur : http://chernobyl-day.org

Chez nous, à Epinal rassemblons nous le jeudi 26 avril à 18h devant la préfecture pour commémorer la 26 ème année du début de la catastrophe de Tchernobyl, celle qui a déjà causée au moins 1 million de décès ( http://www.monde-diplomatique.fr/2010/12/KATZ/19944 ) .

Nous étions 60 000 dans chaine humaine du 11 mars dernier entre Lyon et Avignon, Nous devons continuer d'affirmer notre volonté en nous mobilisant. Nous devons expliquer qu'il est possible d’arrêter les réacteurs nucléaires tout en améliorant nos conditions de vie.

Les alternatives existent, elles vont créer de l’emploi et préserver la santé des populations actuelles et des générations futures.

Arrêtez les avant le prochain accident grave, c'est urgent !

En mémoire aux victimes des conséquences de Tchernobyl, Fukushima, et de toutes les autres installations nucléaire, civiles ou militaire, nous réaffirmerons ensemble : PLUS JAMAIS CA !

Vosges Alternatives au nucléaire.drapeau-trefle-35x45.png


Repost 0
Published by VAN
commenter cet article
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 15:35

 

Darnieulles le17 mars 2012 - Nucléaire et après...

 

Après quoi ???

 

 

L'action a commencée vers 15h avec l'exposition et les tables d' informations et documentation.

 

Une vingtaine de personnes sont passées dans l'après-midi.

Après un accueil par Jean-Luc, Stéphane a passé le diaporama civil et militaire devant 50 personnes, le débat à démarré rapidement, avec une participation active du public. Historique de la prolifération nucléaire, production de déchets, santé, dangers, etc... Il apparaît que pour réussir à sortir du nucléaire il faut, en plus des classiques - économies d'énergie, sobriété, efficacité,mise en route des énergies alternatives, - un radical changement de société : ( respect de la justice, de l'égalité et de la solidarité, de liberté ) référence à l'idéal de la révolution de 1789.

 

La discussion s'est poursuivie autour d'un verre de l'amitié, puis d'un repas pris en commun ( il faudra être plus explicite la prochaine fois sur ce qu'est une auberge espagnole ).

 

Le soir on a visionné le film «  Tous n'ont pas dit oui » sur Bure, suivit d'un débat sur Bure et la problématique de l'enfouissement.

 

Pierre a commenté une série de photo de Fukushima. puis a répondu aux questions sur le sujet.

Voir le blog de Fukushima :  http://fukushima.over-blog.fr/

La réalité est bien plus gave que ce que les média annoncent.

 

 

Il apparaît aussi qu'il n'est plus possible de sortir du nucléaire, nous sommes condamnés pour des milliers d'années à gérer la radioactivité du confort nucléaire de 2 générations de quelques centaines de millions de personnes.

Il est seulement urgent d’arrêter les installations génératrices ( productrices) de bombes et de déchets nucléaires.

 

 

Article Vosges -Matin :

http://www.vosgesmatin.fr/vosges/2012/03/11/catastrophe-de-fukushima-le-11-mars-ce-n-etait-que-le-debut

 

Repost 0
Published by VAN
commenter cet article
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 00:33

SAMEDI 17 MARS 2012

 

SALLE DES FETES à DARNIEULLES

 

LE NUCLEAIRE … ET APRES ?

 

 

 

R001-002.jpg

 

 

 

A partir de 15 heures Exposition : La contamination radioactive.

 

17 heures conférence, débat avec Sophie MOREL, administratrice du Réseau Sortir du Nucléaire :

« Le nucléaire civil et militaire » ?

 

 

Puis soirée conviviale autour d’un verre de l’amitié et auberge espagnole,

 

Projection du film « Bure, tous n'ont pas dit oui » suivi d’une Table ronde débat sur la problématique de Tchernobyl, de Fukushima et de l’accord OMS-AIEA, avec des militants d’Independent-WHO, Pierre Fetet et Jean-Luc Tonnerieux.

 

Musique.

 

 

Soirée organisée par VOSGES ALTERNATIVES au NUCLEAIRE

Repost 0
Published by VAN
commenter cet article
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 20:48
Il reste quelque places dans le bus : inscrivez vous vite :

 

 

Un an jour pour jour après Fukushima
formons une grande chaîne humaine de Lyon à Avignon
dans la région la plus nucléarisée d’Europe


Sortir du nucléaire, c’est possible !

Sortir du nucléaire, c'est necessaire!!

REJOIGNEZ LA GRANDE CHAINE

C’est en étant nombreux que nous sommes forts : ensemble, nous pouvons faire de cet évènement la plus grande chaîne humaine jamais organisée en France.

 

bulletin d'inscrition : bulletin


Inscription : busvosges@free.fr

                                                        
PS  si le coût est un obstacle, vous pourriez vous organiser entre plusieurs pour cotiser pour le plus motivé
Repost 0
Published by VAN
commenter cet article