Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 15:04
L'Union / Stéphanie Gruss 30.03.09 http://www.lunion.presse.fr/index.php/cms/13/article/273391

 Vanault doit revoir sa position

Lors de la réunion d'information contradictoire, à Vanault-les-Dames, sur les déchets nucléaires, le député-maire, Charles de Courson, a annoncé qu'il reconvoquera le conseil municipal.

«MAURUPT a dit non. » C'est l'un des slogans que brandissaient sur des pancartes une vingtaine d'antinucléaires rassemblés samedi après-midi devant la mairie et la salle des fêtes de Vanault-les-Dames. C'est là que se tenait une réunion d'information des Vanaultiers sur le projet de l'Andra (Agence nationale de gestion des déchets radioactifs) et ses conséquences pour ce village de 330 habitants. Des conseillers municipaux filtraient l'entrée. Il fallait montrer « patte blanche ».

 Sur la scène, le député-maire Charles de Courson, assis aux côtés de Jean-Paul Baillet, directeur général adjoint de l'Andra, et Edmond Racy, chef de file des Vanaultiers hostiles à l'implantation d'un centre de stockage de déchets radioactifs sur le territoire de la commune. Aucun membre du Cedra n'était présent, une manifestation régionale se tenant le même jour dans les Vosges.

 D'emblée, le directeur général adjoint de l'Andra a rappelé que les conseils municipaux étaient « souverains ». « Nous avons lancé un appel à candidature pour effectuer des études géologiques complémentaires, a-t-il expliqué. En 2011, les conseils municipaux seront amenés à redélibérer pour confirmer leur candidature ». Une précision qui n'a pas rassuré Edmond Racy qui demande le retrait « immédiat » de la candidature de Vanault-les-Dames afin « d'écarter tous risques ». « Vous mettez le doigt, puis le bras et tout le corps ensuite », a-t-il lancé.

« Le risque zéro n'existe pas »

 L'Andra recherche un site pour stocker les déchets radioactifs de faible activité à vie longue, c'est-à-dire de plusieurs centaines de milliers d'années. Des déchets qui « représentent environ 5 % du volume total et 0,01 % de la radioactivité totale des déchets radioactifs français », a souligné Francis Chastagner, directeur industriel de l'Andra, avant d'indiquer que 15.000 à 20.000 analyses par an étaient effectuées dans les centres de stockage existants. « Mais le risque zéro n'existe pas… »

Edmond Racy a expliqué aux Vanaultiers les 18 raisons majeures qui le poussent à s'opposer à l'implantation de ce centre dans la commune. Parmi elles : la zone Natura 2000 dans laquelle le village se trouve, le transport des déchets radioactifs par camion, ou encore la perte de valeur « pour longtemps » des maisons, bois, étangs et vignes. « Vanault-les-Dames est une commune bien gérée. Elle n'a pas besoin de cet argent pollué ! », a-t-il martelé sous les applaudissements du public.

Le directeur général adjoint de l'Andra en a profité pour remettre les points sur les « i ». « La commune, qui sera choisie par le gouvernement pour accueillir ce centre de stockage, ne recevra aucun revenu de l'Andra avant 2019, date de son exploitation », a-t-il indiqué. Les questions ont fusé dans l'assemblée, notamment à l'encontre des conseillers municipaux qui ont voté pour ce projet. « Pour quelles raisons ? », a demandé un habitant. « Pour de l'emploi », ont-ils répondu. Après trois heures de débat parfois houleux, le député-maire Charles de Courson a répondu à la demande des habitants. « Je vais reconvoquer le conseil municipal pour que l'on puisse reparler de la candidature de la commune. Je vais trouver une date avec les adjoints », s'est-il engagé. Edmond Racy lui a demandé de ne pas attendre la fin avril, date à laquelle le gouvernement divulguera les trois sites retenus. À suivre…

Partager cet article

Repost 0
Published by VAN - dans Informations
commenter cet article

commentaires